AMAO

L’acidification des océans est un des impacts majeurs de l’augmentation du niveau de gaz carbonique dans l’atmosphère dus aux émissions de gaz à effet de serre. Depuis la déclaration de Monaco sur l’acidification des océans signée par 150 scientifiques de 26 pays en 2008, le Prince Albert II de Monaco et Sa Fondation sont très actifs sur cette thématique majeure qui sera notamment abordée lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP 21, Paris 2015).

Des workshops annuels « Économie et Acidification » sont co-organisés par le Centre Scientifique de Monaco et le laboratoire marin de l’AIEA. avec le soutien de la Fondation Prince Albert II. En 2010, le premier workshop a permis de confirmer les menaces socio-économiques potentielles de l’effet de l’acidification des océans mais aussi de mettre en évidence les difficultés à les quantifier. En 2012, le second workshop a permis de se focaliser sur l’un des piliers de l’économie marine : les pêches et l’aquaculture dans le cadre d’une approche régionale.

L'Ocean Acidification International Reference User Group (OA-iRUG), soutenu par la Fondation Prince Albert II, a tenu sa réunion annuelle début décembre 2013 à Monaco. Il a réuni des acteurs de la société civile et des scientifiques dans le but de rendre accessible à chacune des parties concernées les principales conclusions des travaux de recherche.

La Fondation Prince Albert II de Monaco est  à l’initiative de la création de l’AMAO (Association Monégasque pour l’Acidification des Océans). 

Sa création effective a été annoncée publiquement par S.A.S le Prince Souverain lors de son discours du 3 décembre 2013 à l'occasion de la réunion de l'Ocean Acidification International Reference User Group.

Les objectifs de l’AMAO sont de communiquer, promouvoir et faciliter des actions internationales sur l’acidification des océans et les autres facteurs de stress globaux sur l’environnement marin. 

Ainsi, l’AMAO s’engage à homogénéiser la communication entre les différentes institutions œuvrant à Monaco contre l’acidification des océans : la Fondation prince Albert II et le gouvernement de Monaco, les laboratoires de l'environnement de l’AIEA, le Centre Scientifique de Monaco et l'Institut Océanographique de Monaco.

De plus elle est composée de représentants de l’Union Internationale pour la conservation de la nature (IUCN) et du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) 

Afin de financer des projets destinés à lutter contre l'acidification des océans, l’AMAO est en mesure de collecter des fonds provenant de bailleurs privés. 

Organismes de l'AMAO

L’Institut océanographique

L’Institut océanographique, fondé en 1906 par le Prince Albert Ier de Monaco, soutient la mise en place d’une gestion durable des océans à même de concilier préservation de la biodiversité et activités économiques respectueuses des écosystèmes marins.
S’appuyant sur le Musée océanographique de Monaco et la Maison des océans à Paris, il intervient comme médiateur entre la communauté scientifique, les acteurs de l’économie maritime, les décideurs politiques et le grand public.
Dans la continuité de la Déclaration de Monaco de 2009, le Musée océanographique accueille régulièrement des rencontres de haut niveau sur l’acidification des océans.
Pour découvrir l’ensemble des activités : www.institut-ocean.org

Le Centre Scientifique de Monaco (CSM)

Le Centre Scientifique de Monaco (CSM) est un organisme public autonome de recherche dépendant de la Principauté de Monaco. Créé en 1960 par le Prince Rainier III, il comprend à ce jour trois départements de recherche : le département de Biologie marine, créé en 1990, le Département de Biologie Polaire, créé en 2012 et le Département de Biologie Médicale créé en 2013.
Le département de biologie marine est spécialisé dans l'étude des milieux coralliens, du gène aux sociétés humaines en passant par l'écosystème. Ses chercheurs ont été parmi les premiers à s'intéresser aux effets de l'acidification des océans sur les coraux.
Depuis 2010, il co-organise avec l'AIEA le Workshop "Économie de l'Acidification des Océans".
Pour plus d'informations voir : www.centrescientifique.mc

L’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)

L’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est le centre mondial de la coopération dans le domaine du nucléaire. Elle a été fondée en 1957 sous l’égide des Nations Unies. L'AIEA a pour mission de promouvoir des technologies nucléaires sûres, sécurisées et pacifiques.
Les techniques nucléaires et isotopiques sont des outils précieux pour la recherche sur l'acidification des océans et les Laboratoires de l’Environnement de l’AIEA à Monaco coordonnent des activités consacrées à ce problème environnemental global. Dans le cadre de son programme ‘Peaceful Uses Initiative’, l’AIEA a lancé en 2012 le ‘Centre International de Coordination sur l’Acidification des Océans’ (OA-ICC), qui a pour objectif de promouvoir et faciliter une série d’activités internationales sur l’acidification des océans.
Pour plus d'informations, consultez: www.iaea.org/ocean-acidification

La Fondation Prince Albert II de Monaco

En juin 2006, S.A.S le Prince Albert II de Monaco a décidé de créer Sa Fondation afin de répondre aux menaces préoccupantes qui pèsent sur l’environnement de notre planète. La Fondation finance des projets dans trois principales régions géographiques : Le bassin méditerranéen, les régions polaires et les pays les moins avancés. Les actions de la Fondation se concentrent sur trois domaines principaux : le changement climatique et les énergies renouvelables, la biodiversité, et la gestion intégrée et durable des ressources en eau et la lutte contre la désertification.

AMAO

Les actions des partenaires de l'AMAO

Océan 2015

The Oceans 2015 Initiative was launched to provide COP21 negotiators with key information on how the future ocean will look like. It is led by CNRS-UPMC and IDDRI and is supported by the Prince Albert II of Monaco Foundation, the Ocean Acidification International Coordination Centre of the International Atomic Energy Agency, the BNP Paribas Foundation and the Monégasque Association for Ocean Acidification. Key products of this initiative are available for scientists, decision makers and the general public. 
 

Acidification, réchauffement, montée des eaux menacent l'écosystème marin...le projet "Ocean Initiative 2015" décrypte dans cette animation ces phénomènes qui nous concernent tous.

The Oceans 2015 Initiative: an impact scenario for COP 21 / Institut du développement durable et des relations internationales

Porteur du projet : Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI)

La 21ème Conférence des Parties (COP) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) se tiendra à Paris en 2015. L'enjeu est crucial, car les pays développés, émergents et en développement négocieront la trajectoire d'émissions de gaz à effet de serre (GES) pour les décennies à venir (l'après protocole de Kyoto). Par ailleurs, il a été démontré que la hausse des concentrations de GES (notamment de CO2) dans l'atmosphère nuit gravement aux espèces et aux écosystèmes maritimes et côtiers, en raison de l'acidification des océans et du réchauffement des mers. Une grave menace pèse ainsi sur notre bien-être et les activités humaines ; l'impact se fait déjà ressentir sur les coraux, le secteur de l'huître, etc. Le grand défi consiste donc à atténuer ces conséquences (en réduisant par exemple considérablement les émissions de CO2 et de GES). Il est fondamental, dans le cadre de la COP 21, de resserrer les liens entre le monde scientifique, le monde politique et les négociateurs.

Depuis la COP 19 à Varsovie, les pourparlers se sont concentrés sur l'adoption par tous les pays d'objectifs d'atténuation ; des « contributions » nationales sont attendues d'ici mars 2015. L'Initiative pour les Océans 2015 vise à réunir un groupe d'experts internationaux pour traduire cette trajectoire mondiale d'émissions de GES en mars 2015 en un plan concret pour les océans et les rivages. Concrètement, au vu de cette trajectoire, quelles pourraient être les conséquences de l'acidification des océans et du changement climatique ? Comment les océans évolueront-ils au cours du 21ème siècle (physique et chimie, écosystèmes et organismes) ? Quelles sont les implications pour les sociétés d'aujourd'hui et de demain ? Répondre à ces questions permettra au groupe de formuler des messages clés qui seront diffusés aux équipes de négociation, dans le but de les aider à prendre des décisions ambitieuses concernant les émissions de GES futures, et aux acteurs « extérieurs » comme les ONG et le grand public à des fins de sensibilisation.

 

The Oceans 2015 Initiative, Part I. An updated synthesis of the observed and projected impacts of climate change on physical and biological processes in the oceans --- E. Howes, F. Joos, M. Eakin, J.-P. Gattuso --- https://www.iddri.org/Publications/The-Oceans-2015-Initiative,Part-I-An-updated-synthesis-of-the-observed-and-projected-impacts-of-climate-change-on-physical-and

The Oceans 2015 Initiative, Part II. An updated understanding of the observed and projected impacts of ocean warming and acidification on marine and coastal socioeconomic activities/sectors --- L. Weatherdon, A. Rogers, R. Sumaila, A. Magnan, W.L. Cheung --- https://www.iddri.org/Publications/The-Oceans-2015-Initiative,Part-II-An-updated-understanding-of-the-observed-and-projected-impacts-of-ocean-warming-and-acidific

Observed and projected impacts of climate change on marine fisheries, aquaculture, coastal tourism, and human health: an update
https://journal.frontiersin.org/article/10.3389/fmars.2016.00048/abstract

Déclaration de Monaco 

Elaborée à l’issue du Second Symposium sur l’Acidification des Océans, qui s’est tenu en Principauté du 6 au 9 octobre 2008, la « déclaration de Monaco » cosignée par 155 scientifiques originaires de 26 pays, a été rendue publique dans le cadre du congrès des sciences aquatiques ASLO qui s’est tenu à la fin du mois de janvier à Nice.

Cette déclaration, préfacée par S.A.S le Prince Albert II, vise à interpeller les décideurs politiques sur les enjeux de l’acidification des océans et encourager les efforts de recherche dans ce domaine. Elle appelle à agir sans plus attendre pour réduire de manière décisive les émissions de CO2 afin d’éviter que la modification physico-chimique des océans ne cause des dommages étendus et graves aux écosystèmes marins dont dépend plus de la moitié de la population mondiale pour sa subsistance. 

En savoir plus

 

 


Workshop océans et acidification 

Workshop n°1 : Recommandations CSM/AIEA (2011) 

Workshop n°2 : Economics of ocean acidification (2012)

Workshop n°3 : Economics of ocean acidification (2013)


OAiRUG

1st OAiRUG

The Ocean Acidification international Reference User Group (OA-iRUG) was launched as part of the European Project on Ocean Acidification (EPOCA) in 2008 as a key means of conveying the scientific results coming out of the project to non-scientific audiences and science end-users, in particular policy and decision makers. The concept is simple but efficient: bringing together scientists and stakeholders from various backgrounds such as industry, governmental and non-governmental organizations, to allow networking and the presentation of key findings to interested non-scientific parties. 

The RUG helped EPOCA scientists to reach out to a different audience through a series of briefings and guides available in multiple languages, disseminated widely, and brought to international policy fora such as the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) Conference of the Parties (COP). RUG members also fed back the findings of the project to their parent organisations. 

In 2010 the EPOCA RUG evolved to support and be supported by the three other main projects on ocean acidification at the time: the German project BIOlogical Impacts of Ocean ACIDification (BIOACID), the UK Ocean Acidification Research Programme (UKOA) and the European Union project Mediterranean Sea Acidification in a Changing Climate (MedSeA). In 2013, the work of the group could be brought to a true international dimension thanks to the generous support of the Prince Albert II of Monaco Foundation, and the Ocean Acidification international Reference User Group (OA-iRUG) was launched. 

The OA-iRUG, chaired by Professor Dan Laffoley (IUCN), is working with current projects and with the OA-ICC to examine in detail the types of data, analyses and products that are most useful to managers, policy advisers, decision makers and politicians and ensure an appropriate format and distribution vehicles. 

2nd OAiRUG

Bridging the Gap between Ocean Acidification and Economic Valuation

“Ocean acidification impacts on coastal communities”

Principality of Monaco

 

Workshop description and objectives

Vision statement

The 3rd International Workshop on the socio-economic impacts of ocean acidification aims to provide policymakers and marine resource managers with recommendations to become aware and prepare for the social and economic impacts on coastal communities. The workshop will focus on five areas of societal impact in relation to ocean acidification:

It is a fundamental tenet of the supporters of this workshop that the best available scientific information can be used to make decisions to face the deteriorated condition of the ocean environment. Without the reversal of the source of the physical phenomenon, namely excess anthropogenic CO2 emissions, societal impacts of ocean acidification will require adaptation and forward planning in the ways living ocean resources are used and protected. Participants in the workshop will assess potential social and economic impacts and human adaption options to environmental change in the oceans, and summarize information to assist policymakers, resource managers and communities in developing responses to ocean acidification. A primary outcome of the workshop will be to inform politicians and resource managers of the cost/benefit of ocean acidification to coastal communities in terms of impacts to subsistence, livelihoods, employment, infrastructure, cultural use, environmental quality and ecosystem services via changes to natural resource availability and condition.

Problem

Coastal communities and their economies will be impacted by global ocean acidification and localized coastal acidification events in the future. However, communities, ranging from mega-cities to artisanal fishing villages differ significantly in population, maritime activity and reliance on marine natural resources. Furthermore, marine dependence differs among respective communities and may be based on tourism, subsistence fisheries, marine resource trade, or a mixture of activities and services. Identifying the pathway and level of acidification impact on communities will become a concern of governments of coastal countries. This workshop will begin to provide policymakers, managers and communities with recommendations of possible human actions or solutions to adapt to ocean acidification and the changing marine environment.

Purpose and scope 

The purpose of this workshop is to identify and discuss the pathways of impact that ocean acidification may have on social and economic aspects of coastal communities and recommend options for human adaptation to address the consequences of excess CO2 in the oceans. Multi-disciplinary working groups will discuss impacts to fisheries, tourism, trade, marine business, governance, traditional culture and ways to model the cascade of impacts of ocean acidification on human activities. The recommendations will provide policymakers and other stakeholders with combined natural and social sciences information to generate alternative approaches to support sustainable development, while reducing both the source and the impacts of ocean acidification. The discussions should focus on pathways of impact and possible solutions through social transformation in the context of the UN sustainable development goals. Low carbon industries and activities may be part of the solution because they result in a cleaner, more resilient environment and social structure.

OA-iRUG products (most recent first)

Agir contre l'acidifation des océans - "Our oceans" Valparaiso (05-06 octobre 2015)

Sommaire exécutif : Télécharger
Rapport principal : Télécharger

Monaco Action Plan (8 Juin 2015)

 

Résumé

Monaco Action Plan

 

Updating what we know about ocean acidification and key global challenges: Ocean Acidification - The Knowledge Base 2012

Messages for Rio+20: Ocean Acidification - Acting on Evidence (2012)

Making it clear: Ocean Acidification - Questions Answered (2010)

A special introductory guide for policy advisers and decision makers: Ocean Acidification - The Facts (2009)

OA-ICC,  August – December 2014:

In addition to its already established endeavours in science, capacity building and communication for the year 2015 (training courses, data managers meeting etc.), the OA-ICC has programmed a series of new activities, among which: