M. Emmanuel de Merode

M. Emmanuel de Merode

Parc National des Virunga, République Démocratique du Congo

Diplômé d’anthropologie, le Dr Emmanuel de Merode a consacré ces vingt dernières années aux parcs nationaux de République démocratique du Congo (RDC). Son travail a majoritairement consisté à soutenir sur le terrain les gardes de ces parcs nationaux pendant la guerre civile qui coûta la vie à plus de cinq millions de citoyens congolais, ainsi qu’à cent-quarante gardes.

En 2007, après avoir été témoin du massacre de neuf gorilles de montagne par des milices armées, il entama des recherches sur les causes de la destruction environnementale de l’est de la RDC et décida de concentrer ses efforts sur la lutte contre le trafic des ressources naturelles au Parc National des Virunga. En récompense de ses efforts, il fût nommé Chef de Site du Parc National des Virunga par le Gouvernement de la République Démocratique du Congo en 2008. En tant que Chef de Site, il acquit le rang de Colonel dans les forces de la sécurité Congolaises. A la tête de 400 gardes, il est responsable de la 1ère zone protégée d’Afrique (création du parc en 1925), avec la diversité biologique la plus importante. Le Parc National des Virunga abrite des gorilles de montagnes, en danger critique d’extinction, ainsi que des populations importantes de chimpanzés, éléphants de savane et de forêt, et un amalgame unique d’autres mammifères, gorilles des plaines, reptiles et oiseaux.

Les efforts du parc pour surmonter le trafic illégal des ressources naturelles ont créé une atmosphère de conflit direct entre M. de Merode et son équipe et plusieurs milices armées à l’est de la RDC, ainsi qu’avec la compagnie pétrolière SOCO INTERNATIONAL qui vise à exploiter illégalement du pétrole dans le site même du parc. Afin de surmonter ce défi, il initia au développement de l’Alliance Virunga, une initiative congolaise afin de créer une stratégie de développement alternative.

Jusqu’à ce jour, M. de Merode et les employés du Parc National des Virunga continuent leur lutte pour assurer la pérennité du parc et de ses habitants.