AMAO

L’acidification des océans est un des impacts majeurs de l’augmentation du niveau de gaz carbonique dans l’atmosphère dus aux émissions de gaz à effet de serre. Depuis la déclaration de Monaco sur l’acidification des océans signée par 150 scientifiques de 26 pays en 2008, le Prince Albert II de Monaco et Sa Fondation sont très actifs sur cette thématique majeure qui sera notamment abordée lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP 21, Paris 2015).

Des workshops annuels « Économie et Acidification » sont co-organisés par le Centre Scientifique de Monaco et le laboratoire marin de l’AIEA. avec le soutien de la Fondation Prince Albert II. En 2010, le premier workshop a permis de confirmer les menaces socio-économiques potentielles de l’effet de l’acidification des océans mais aussi de mettre en évidence les difficultés à les quantifier. En 2012, le second workshop a permis de se focaliser sur l’un des piliers de l’économie marine : les pêches et l’aquaculture dans le cadre d’une approche régionale.

L'Ocean Acidification International Reference User Group (OA-iRUG), soutenu par la Fondation Prince Albert II, a tenu sa réunion annuelle début décembre 2013 à Monaco. Il a réuni des acteurs de la société civile et des scientifiques dans le but de rendre accessible à chacune des parties concernées les principales conclusions des travaux de recherche.

La Fondation Prince Albert II de Monaco est  à l’initiative de la création de l’AMAO (Association Monégasque pour l’Acidification des Océans). 

Sa création effective a été annoncée publiquement par S.A.S le Prince Souverain lors de son discours du 3 décembre 2013 à l'occasion de la réunion de l'Ocean Acidification International Reference User Group.

Les objectifs de l’AMAO sont de communiquer, promouvoir et faciliter des actions internationales sur l’acidification des océans et les autres facteurs de stress globaux sur l’environnement marin. 

Ainsi, l’AMAO s’engage à homogénéiser la communication entre les différentes institutions œuvrant à Monaco contre l’acidification des océans : la Fondation prince Albert II et le gouvernement de Monaco, les laboratoires de l'environnement de l’AIEA, le Centre Scientifique de Monaco et l'Institut Océanographique de Monaco.

De plus elle est composée de représentants de l’Union Internationale pour la conservation de la nature (IUCN) et du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) 

Afin de financer des projets destinés à lutter contre l'acidification des océans, l’AMAO est en mesure de collecter des fonds provenant de bailleurs privés. 

Organismes de l'AMAO

L’Institut océanographique

L’Institut océanographique, fondé en 1906 par le Prince Albert Ier de Monaco, soutient la mise en place d’une gestion durable des océans à même de concilier préservation de la biodiversité et activités économiques respectueuses des écosystèmes marins.
S’appuyant sur le Musée océanographique de Monaco et la Maison des océans à Paris, il intervient comme médiateur entre la communauté scientifique, les acteurs de l’économie maritime, les décideurs politiques et le grand public.
Dans la continuité de la Déclaration de Monaco de 2009, le Musée océanographique accueille régulièrement des rencontres de haut niveau sur l’acidification des océans.
Pour découvrir l’ensemble des activités : www.institut-ocean.org

Le Centre Scientifique de Monaco (CSM)

Le Centre Scientifique de Monaco (CSM) est un organisme public autonome de recherche dépendant de la Principauté de Monaco. Créé en 1960 par le Prince Rainier III, il comprend à ce jour trois départements de recherche : le département de Biologie marine, créé en 1990, le Département de Biologie Polaire, créé en 2012 et le Département de Biologie Médicale créé en 2013.
Le département de biologie marine est spécialisé dans l'étude des milieux coralliens, du gène aux sociétés humaines en passant par l'écosystème. Ses chercheurs ont été parmi les premiers à s'intéresser aux effets de l'acidification des océans sur les coraux.
Depuis 2010, il co-organise avec l'AIEA le Workshop "Économie de l'Acidification des Océans".
Pour plus d'informations voir : www.centrescientifique.mc

L’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)

L’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est le centre mondial de la coopération dans le domaine du nucléaire. Elle a été fondée en 1957 sous l’égide des Nations Unies. L'AIEA a pour mission de promouvoir des technologies nucléaires sûres, sécurisées et pacifiques.
Les techniques nucléaires et isotopiques sont des outils précieux pour la recherche sur l'acidification des océans et les Laboratoires de l’Environnement de l’AIEA à Monaco coordonnent des activités consacrées à ce problème environnemental global. Dans le cadre de son programme ‘Peaceful Uses Initiative’, l’AIEA a lancé en 2012 le ‘Centre International de Coordination sur l’Acidification des Océans’ (OA-ICC), qui a pour objectif de promouvoir et faciliter une série d’activités internationales sur l’acidification des océans.
Pour plus d'informations, consultez: www.iaea.org/ocean-acidification

La Fondation Prince Albert II de Monaco

En juin 2006, S.A.S le Prince Albert II de Monaco a décidé de créer Sa Fondation afin de répondre aux menaces préoccupantes qui pèsent sur l’environnement de notre planète. La Fondation finance des projets dans trois principales régions géographiques : Le bassin méditerranéen, les régions polaires et les pays les moins avancés. Les actions de la Fondation se concentrent sur trois domaines principaux : le changement climatique et les énergies renouvelables, la biodiversité, et la gestion intégrée et durable des ressources en eau et la lutte contre la désertification.

AMAO